Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2015-02-10T08:53:57+01:00

Une semaine de vacances

Publié par cassie
Une semaine de vacances

Bonsoir

Je viens vous parler d'un livre, "Une semaine de vacances" de Christine Angot. Il a paru en septembre 2012. Je n'avais jamais lu d'ouvrages de cette auteure. J'ai acheté ce livre au salon du livre 2013 alors que l'écrivain était présente sur le site de son éditeur. Je sais que j'ai remis encore et encore la lecture de ce livre en partie à cause de la douleur du sujet, en partie à cause du volume de ma Pal.

Christine Angot, si l'on veut la classer en raccourcis journalistiques, est une auteure si ce n'est sulfureuse, pour le moins dont les textes font parler d'eux en termes crus, liés souvent au sexe. Le terme étiquetté sur Christine Angot est "autofiction", censément cerner son oeuvre.

Le livre est difficile. Il est court. Un roman bref sans respiration. Un homme et une jeune fille. Cet homme, dont on apprend vite que la jeune fille est sa fille, la domine par le physique, la pensée, le statut social, le langage. Ils sont tous les deux dans une maison de vacances.

L'homme exige, demande, obtient des relations sexuelles de sa fille. Fréquemment, alors qu'elle essaie parfois de lui demander d'arrêter, qu'elle en pleure. Un livre cru, avec des scènes de sexe décrites par le détail. Elles s'enchaînent tant qu'elles nous empêchent de sortir la tête pour une bouffée d'air hors de ce huis clos. La jeune fille se tait, ne se révolte pas ou peu. Ses élans sont de toute manière moqués ou contournés par la menace de partir ou de se débarrasser d'elle avant la fin de la semaine.

Le livre nous démontre donc la domination physique morale et sociale d'un père sur sa fille. Plus que les actes de sodomie et de fellation qui sont peuvent à eux seuls empêcher de lire ce livre dès la première scène, ce qui ressort de ce livre, c'est l'étau implacable physique et morale d'un père incestueux par son mépris, sa supériorité dans le langage dont il use pour un abus physique.

Le livre a obtenu en 2012 le prix Sade, prix qu'elle a refusé arguant  qu'il était un contresens à son livre.

Je ne peux dire que je n'ai pas aimé même si ici le terme même de l'amour est antithétique. J'ai lu et je respire maintenant. Difficile donc. A chaque lecteur de prendre son souffle et d'y aller en apnée.

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog