Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2013-11-30T22:46:37+01:00

Salon du livre et de la presse jeunesse

Publié par

Aujourd'hui c'était sortie littéraire pour Tic et Tac.

Destination le salon du livre et de la presse jeunesse qui se tient comme l'année précédente à Montreuil, véritablement aux portes de la capitale, sans doute pour que les petits parisiens ne s'aventurent pas trop loin ou que le coût du loyer soit moins cher ou les deux réunis. Un des rares salons non sis intra muros.

J'avais choisi mon jour puisque les routiers bloquaient les accès à la capitale avec les fameux barrages filtrants, pour protester contre l'écotaxe. Direction la station la plus proche pour une petite séance RER et métro qui débute par l'amabilité du personnel RATP. Devant le distributeur, un agent me fait remarquer gentiment, au bas mot, que bien évidemment je dois acheter un billet pour la capitale. Oui je vais à Montreuil et alors le métro c'est parisien.

Ladite préposée aux renseignements accueille tous les étrangers ravis de voir des spécimens dans son genre qui nous classent haut dans le classement touristique de la bienveillance envers les autres, juste après les pays qui rejettent le touriste lambda et les juntes militaires. Te voilà donc devoir expliquer aux enfants la différence entre un sourire spontané et une moue entre la moquerie et la ligne de fiche de poste.

Nous voilà arrivés dans l'antre des éditeurs pour la jeunesse, deux étages surchauffés partagés depuis les livres pour bébé jusqu'à la littérature ado. Et, détail pratique, des toilettes en un seul endroit, la mezzanine.

Mes enfants ont déjà à peu près au minimum, je ne les ai pas recomptés, une vingtaine de livres chacun. Pile qui croit chaque année avec cette visite annuelle au salon.

Nous sommes restés environ un peu plus de trois heures après atteinte du seuil critique d'énervement et de fatigue maximum, annoncé par des cris, des bras tendus, le début de grand n'importe quoi de l'attitude du minot moyen.

Au terme de ce parcours qui nous a vu passer des manteaux au t-shirts, faire des pauses déjeuner, goûter, réhydratation, nous n'avons pas pu tout voir. Trottinant parmi cet instantané du marché du livre, j'ai plus particulièrement apprécié des éditeurs comme l'Ecole des Loisirs ou les Editions du Rouergue.

Tic et Tac, libres de leurs choix, ont élu des livres avec des jouets à remonter sur le train et la coccinelle des Editions Usborne ainsi que "Popville" plus "Camille et Jeanne s'entendent bien" aux Editions Actes Sud. Ce dernier ayant été dédicacé par Laurent Simon.

Une sortie fatigante certes, à refaire évidemment car l'accès à la culture ne doit pas rester dans les directives nationales ou dans les pages des magazines ou journaux lus par une partie de la population, qu'il n'est plus besoin de convaincre.

Je vous laisse regarder tout cela car un petit livre au pied du sapin ce peut être une bonne habitude à prendre.

Salon du livre et de la presse jeunesse

Voir les commentaires

2013-11-15T23:40:40+01:00

Les Visages de Jesse Kellerman

Publié par

Vous devez savoir que j'ai une pile à lire ou PAL assez importante. La provenance de mes livres est diversifiée : brocantes, dons, achats en lignes, en grande surface, dans des salons. Le prix des livres neufs suffit souvent à me faire patienter jusqu'à la sortie en poche. Je ne vous promets donc pas les dernières nouveautés mais de dérouler le fil de mes lectures hétéroclites.

J'ai terminé récemment "Les visages" de Jesse Kellerman, dont le titre original est "The Genius". L'écriture est-elle un atavisme pour ce fils d'écrivains, Jonathan Kellerman et Faye Kellerman ?

Ce roman a eu le Grand prix des lectrices ELLE Policier. Je le qualifierai plus de roman à suspense puisque l'enquête est un des ressorts du roman mais n'en constitue pas l'unique attrait. Y sont dépeints le milieu artistique new-yorkais et la relation des héros

L'histoire du livre est la suivante : le propriétaire d'une galerie d'Art new-yorkaise, héritier d'une riche dynastie, met la main sur des dessins pour lesquels tout le monde crie au génie. Un policier croit y reconnaître le visage d'enfants victimes d'un tueur en série ...

Il est à noter qu'il s'agit d'un roman sur la filiation puisqu'il nous narre le succès et la fortune de la famille du héros depuis l'immigration de son ancêtre jusque son père. Un terrain connu pour cet écrivain dont la profession de ses parents a dû lui être remémorée maintes fois.

Je le recommanderai pour ceux qui aiment le suspense et non le polar ou le roman policier classique. Une déception pour la fin du livre, qu'on devine au fur et à mesure des interludes du roman, chapitres destinés à nous dépeindre l'origine de la fortune de la famille du héros. Sans la dévoiler, une impression se dégage, celle que l'auteur a voulu terminer le livre, plus intéressé qu'il était par la vie de son héros que par l'enquête en soi.

Les Visages de Jesse Kellerman

Voir les commentaires

2013-11-04T20:59:00+01:00

Les lauréats sont : Pierre Lemaître et Yann Moix

Publié par

Le Goncourt et le Renaudot : des prix prestigieux dans le monde littéraire.

Particulièrement le Goncourt, un prestige accompagné d'un magnifique chèque de dix euros à encadrer derrière son bureau ou à léguer à ses enfants comme se propose de le faire l'auteur d'"Au Revoir là-Haut".

Il est à noter que l'On oublie souvent les précédents lauréats. Ainsi se souvient-on sûrement des noms de Jérôme Ferrari, lauréat 2012 pour "Le sermon sur la chute de Rome", d'Alexis Jenni pour "l'Art Français de la guerre" ou de Michel Houellebecq pour "La carte et le territoire" mais beaucoup moins de ceux des années précédentes si on devait retrouver leur nom à brûle-pourpoint sans l'aide de personne.

Pour le Renaudot, les romanciers ont encore moins la faveur de nos mémoires envahies d'informations successives. Ainsi, en 2012 il a été décerné à Scholastique Mukasonga pour "Notre Dame du Nil", en 2011 à Emmanuel Carrère pour "Limonov" et en 2010 à Virginie Despentes pour "Apocalypse bébé". Mais avant ?

La différence entre ces deux prix est que le Goncourt a été créé, en 1903, selon les volontés testamentaires d'Edmond Goncourt en 1896 : "Je nomme pour exécuteur testamentaire mon ami Alphonse Daudet, à la charge pour lui de constituer dans l'année de mon décès, à perpétuité, une société littéraire dont la fondation a été, tout le temps de notre vie d'hommes de lettres, la pensée de mon frère et la mienne, et qui a pour objet la création d'un prix de 5000 F destiné à un ouvrage d'imagination en prose paru dans l'année, d'une rente annuelle de 6000 francs au profit de chacun des membres de la société".

Le prix Renaudot, nommé d'après Théophraste Renaudot un des précurseurs de la presse écrite française, est créé en 1926 par dix journalistes et critiques littéraires.

Avec ces deux prix, le bal des récompenses est ouverte. En tout cas j'espère que ces deux auteurs, plutôt différents l'un de l'autre chez Drouant, sauront profiter de la lumière des photographes le temps nécessaire avant de se replonger dans une ombre relative, plus ou moins proche de l'anonymat.

Je n'ai pas encore eu le loisir ni les finances pour pouvoir lire ces deux romans. Bien évidemment, dès que ce sera le cas, c'est à dire après la pile des autres livres, sans compter les magazines, qui m'attend, je ne manquerai pas de vous en faire part. Si vous les avez déjà terminés, j'attends vos commentaires.

Voir les commentaires

2013-11-04T17:01:19+01:00

Séance de Cinéma pour Tic et Tac

Publié par

Bonjour

En ce dernier Week-end de vacances scoaires, alors que "Gravity", "Snowpiercer", "Un château en Italie" ou "Attila Marcel" se proposent de percuter mes rétines durant les deux prochaines heures, j'emmène mes enfants voir Turbo.

L'initiation au septième art peut et doit commencer tôt mais il faut attendre un peu pour visionner Pasolini.

Nous sommes donc allé tous les trois voir "Turbo". J'ai choisi celui-ci et non pas le très largement médiatisé auprès des plus jeunes "Planes". Je l'ai éliminé autant pour les mauvais retours de la part d'amis que pour la déclinaison à l'infini du concept initialisé par "Cars". Le deuxième numéro de la série visionné à moitié et aucune envie de voir défiler tous les moyens de transport un par un. Je parie pour Boats comme prochain titre ou peut-être Trains.

Pour vous résumer l'histoire de ce dessin animé, "Turbo", il relate les aventures d'un escargot qui ne rêve que de vitesse, par procuration en visionnant les exploits du champion de Formule 1 Guy La Gagne. Les moqueries des autres baveux le cernent, surtout celles de son frère qui veut lui voir accepter son sort. Après un accident, il se retrouve doté de pouvoirs qui le font devenir une sorte d'escargot-voiture. Il peut aller très vite, ses yeux deviennent des phares et autres incongruités pour un gastéropode. Il n'a plus de maison sur le dos mais un moteur sous la carapace.

Attrapé par un vendeur de Taco, il va finir par courir les 500 miles d'Indianapolis. Je vous laisse le suspense final, en fait deux secondes de réflexion.

J'ai trouvé le film adapté aux enfants avec de très jolis passages de courses de voitures. Le message est un peu basique sur le courage, les rêves et la force. Il a des défauts, comme le dessin parfois, mais ce qui me gêne le plus est le manque de poésie. Cela aussi n'attend pas l'âge de spectateurs assis dans les jolis fauteuils rouges.

Comme nous avons eu droit aux bande-annonces, nous irons probablement voir le film sur les dinosaures qui sort dans 15 jours.

Voir les commentaires

2013-11-02T21:56:54+01:00

Les 343 Salauds

Publié par

Il y a d'abord eu cette proposition de loi visant à sanctionner les clients des prostitués.

Il y a ce manifeste et ceux qui l'ont signé, pas tout à fait le bon chiffre. Ces injures qui sont venues.

Surtout il y a un sujet réel, celui de la prostitution et des conditions de vie des si souvent nommés les travailleurs du sexe.

A ceux-là, la parole a été peu donnée. Quelques exemples viennent nous chroniquer leur petite vie d'auto entrepreneur, avide de pouvoir payer des impôts, libres et autonomes, allant au travail sur le rythme chantant des 7 nains.

En face d'elles ou en face d'eux, il y a probablement des clients aimables, souriants et respectueux, venant quérir leurs services comme ils le feront juste après auprès de leur boulangère ou du vendeur de journaux.

Sans doute cette réalité existe-t-elle, comme existe la prostitution haut de gamme.

Sans doute trouvera-t-on quelques-uns ou quelques-unes dans ce cas ou se persuadant de l'être pour ne pas regarder en face une réalité qui confine souvent au sordide.

Bien sûr, la prostitution est un exutoire pour tous ceux qui n'ont d'autre vie sexuelle que ces échanges avec le tarif annoncé sans même passer par la case minimale du bonjour.

Evidemment, elle ne sera sans doute jamais complètement un souvenir de cinéma.

Mais la prostitution c'est également les mineurs sur le trottoir, la came pour tenir, les proxénètes, la violence des macs, des clients, de la rue.

Je ne peux, dans mon corps, imaginer que l'on vende son intimité jour après jour sans honte. Offerte contre de l'argent à d'autres corps, nombreux, non désirés, interchangeables, dans une simulation de plaisir pour donner son écot à l'autre et sans doute s'en débarrasser au plus vite afin qu'ils quittent des lits d'hôtels minables ou l'arrière de camionnettes.

La question reste ouverte de ce commerce de l'homme sur l'homme, de son contrôle, de l'ouverture des maisons closes. La question de la pénalisation des clients aussi mais elle fait partie d'un débat plus large.

A celles et ceux qui se prostituent on ne doit pas voler leur vérité, leur parole, leur malheur car souvent leur bonheur est loin.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog