Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2014-01-21T23:37:42+01:00

Ces gens-là

Publié par

Ces gens-là.

Arrivent de toutes parts sur les réseaux, déversoirs de la sociabilité par le crachat, comme autour de nous dans la vie quotidienne, des relents ou plutôt des remugles, tellement tout cela ne fait que des révolutions pour revenir sur lui-même, de haine et de rejet, comme d'un retour en arrière de la pensée.

Autour et depuis la fameuse affaire Dieudonné, le terme de complot reprend de la vigueur. Les langues se déchaînent aussi. Toutes les nébuleuses, les sous-groupes, les aversions en profitent pour livrer à la pâture électronique et publique leur motifs de dégoût, leur ras-le-bol.

Contre les juifs, les roms, les francs-maçons, les étrangers profiteurs et pourfendeurs du système, les assistés, les élites au pouvoir. Des élites complices ou sous contrôle de ces lobbies dans la main desquels ils vont manger leur pain quotidien et engranger leur train de vie de profiteurs.

Une France à deux vitesses avec une césure au-delà de la richesse du cadre supérieur. Le peuple qui souffre depuis toujours, comme au temps de Germinal. La richesse et le profit de ces gens-là qui ne travaillent pas, eux.

Evidemment beaucoup de ces justiciers pâtissent, dans un pays adoré mais valétudinaire, du malaise sociétal, de la perte des valeurs, de la crise financière. Le casque de scooter comme une goutte de trop qui fait déborder le vase de champagne

Alors on crie haro sur les intouchables. Ceux-là même qui leur intiment l'ordre d'accepter leur place dans la société et le monde, place qui n'en est sûrement pas une, pendant qu'eux profitent.

Dans ce pays où les figures intellectuelles, les lignes directrices font défaut, les humoristes fleurissent et les boucs émissaires également.

Le baume cicatrisant de leurs blessures se compose alors de rejet, d'ignominie, de nationalisme. Les excipients en sont les commentaires acerbes et injurieux sur la toile, les remarques vulgaires au vu et au su de tous, le tout sans vergogne.

Leurs haines s'accumulent et se contredisent, les minorités s'attaquent et sont vilipendées par d'autres. A en contredire les mathématiques. Le négatif et le négatif ne crée pas du positif mais une division profitable pour certains, si silencieux pendant la grande lessive.

Car tout ceci ne se déverse pas dans les égouts pour en être débarrassé mais sonne comme un avant-goût de victoire électorale.

Ces gens-là, une multitude de personnes dissemblables dans leurs origines, leurs affects, leurs vies, réunies par leur désignation à la vindicte populaire.

Voir les commentaires

2014-01-15T00:20:17+01:00

Yves Saint Laurent

Publié par

Yves Saint Laurent.

Un film appétissant avec ses noms comme Pierre Niney et Guillaume Gallienne. Un film de Jalil Lespert.

Sa vie retracée de sa jeunesse Oranaise jusqu'à sa fin parisienne. Les époques défilent : la révolution soixante-huitarde, les années soixante dix pour le versant politique et social. La vie du personnage du film avec la nomination du jeune Yves-Mathieu Saint Laurent à la direction artistique de la maison Dior, la fondation de sa propre maison de couture, la venue au prêt-à-porter.

Au-delà de son empreinte sur le monde de la mode, on voit le créateur évoluer au côté de Pierre Bergé. L'homme de sa vie comme il le lui annonce au travers de son amour pour un autre, le compagnon de Karl Lagerfeld.

Ses deux hommes s'aiment. Yves Saint Laurent crée et Pierre Bergé assure la gestion. Il lui facilite la vie sur tous les points. Il le soutient, le décharge des tracasseries matérielles.

Yves Saint Laurent lui reproche de ne pas s'amuser, tombe amoureux d'un autre, se drogue. Son compagnon encaisse et le soutient. Il peut être cinglant, tout entier adapté à ses dessins,ses créations, inapte au quotidien.

Dans cette agressivité, on sent un manque de confiance, une volonté d'absolu. Il crée et doute, il est homosexuel à une époque moins bienveillante.

Il veut qu'on le laisse s'exprimer tranquillement. Pierre Bergé y a veillé.

De ce film, on peut signaler la justesse des deux acteurs, ainsi que la réalisation sans voyeurisme, alors que la vie d'Yves Saint Laurent offrait un boulevard bordé de possibiltés vulgaires pour le bon peuple. A noter éalement une bande-son excellente d'Ibrahim Maalouf.

Le cinéma français lorsqu'il veut être beau, qu'il peut être populaire, sans tomber dans les ringardises au rire braillard et graveleux.

© Thibault Grabherr et Anouchka de Williencourt / SND

© Thibault Grabherr et Anouchka de Williencourt / SND

Voir les commentaires

2014-01-05T23:14:00+01:00

GORA

Publié par
GORA

J'ai choisi ce pavé comme sont nommés les gros livres disons au-delà de 500 pages.

Voilà la quatrième de couverture : Dans le Calcutta des années 1920, un jeune homme, Gora, lutte pour restaurer les valeurs culturelles de l'Inde face à l'influence dominatrice anglaise. Ce combat, il le mène avec ferveur, dans une orthodoxie militante, et son courage, sa détermination font de lui un chef de parti de plus en plus populaire. Mais sa découverte du pays réel lors de voyages qu'il effectue seul dans les campagnes, puis sa découverte du monde des femmes et sa naissance au sentiment amoureux vont peu à peu remettre en question ses certitudes.

Je viens vous donner mon impression. Le livre donne un aperçu de la société indienne dans les années vingt, hiérarchisée par les castes. On y voit surtout le combat entre l'idéologie et la pratique, la théorie et la vie réelle. Le héros va découvrir la femme et surtout une femme Sucharita. Il est Hindou, elle est membre du Brahmo Samaj.

Le Brahmo Samaj est un mouvemet réformateur de l'hindouisme. C'est un mouvement religieux théiste fondé dans les années 1830. Il s'inspire d'éléments provenant de l'hindouisme, de l'islam et du christianisme, la doctrine de ce courant religieux rejette le culte des images et l'idolâtrie. Le Brahmo Samaj prône la méditation comme l'essence de la vie spirituelle. Ce mouvement accorde une grande place à des préoccupations sociales telles que l'action philanthropique, l'abolition du système de castes ou l'émancipation de la femme.

Je me suis rendue dans le nord de l'Inde il y a six ans. L'époque n'est certes plus la même et beaucoup de choses ont changé sur le sous continent. J'ai néanmoins ressenti cette impression d'une société divisée si ce n'est plus par les castes, ou par l'adhésion ou le rejet de l'occupation anglaise, mais encore par les religions et surtout par la pauvreté et le niveau de vie tant ces derniers sautent aux yeux.

J'ai beaucoup apprécié ce livre qui nous donne à voir un pays, dont beaucoup sont revenus marqués pour toujours. On y voit l'Inde des dominants et entraperçoit celle de plus basse extraction. Le livre raconte aussi cela. L'entrée du pays dans une modernité, son combat contre les Anglais. Il raconte surtout l'éveil du héros à la réalité alors qu'il souhaite combattre pour l'Inde éternelle, un pays idéalisé, une vision ethérée et eternelle, que sa rencontre avec des villageois va alourdir de leurs difficiles quotidiens. Il n'est que réflexion, eux n'en ont pas le temps.

A lire donc pour découvrir un des pans de l'Inde.

Voir les commentaires

2014-01-01T21:55:14+01:00

Clap de fin sur 2013

Publié par

Et voilà finie l'année précédente, aux oubliettes 2013. Pour beaucoup l'occasion de bilans, promesses, bonnes résolutions.

J'y ai pensé et puis non. J'aime bien les listes mais énumérer les plus et les moins de douze mois aussi inégaux que le temps au-dessus de nos têtes, cela m'a tenté et puis j'ai vu une boîte de chocolats et j'ai pensé à autre chose.

En fait, il s'agit de cela, ne pas trop s'appesantir sur une année autant difficile que pleine de remise en questions, aussi fatigante qu'une cascade de rires, de peines, de bobos, de maladies d'enfants, les miens. Avancer et leur apprendre la confiance et l'ironie, des valeurs et de l'humour. Ne pas leur enseigner les regrets, les remords comme un trou noir autour duquel on tourne sans fin au risque d'y voir sombrer son élan.

Le temps passe vite, point n'est nécessaire d'en gâcher une partie à tout recréer, même si je le fais parfois. S'il ne fallait tenir qu'une des habitudes des années débutantes, alors posons-nous et écrivons nos souhaits profonds. Tout de suite après, on prend le téléphone pour se renseigner sur les cours de peinture, on programme son prochaine voyage. Là, oui et encore oui.

Même si le monde est rempli de gens qui se pensent différents de la masse alors que peu d'entre nous peuvent prétendre sortir réellement du lot, tandis que notre société, à l'affût de la moindre occasion de surmédiatiser la moindre bêtise nous le fait croire; il nous faut chacun cultiver notre particularité, sans donner de leçons aux autres, mais du tricot à la photographie, du jardin à l'histoire de l'Art, composer un ADN différent du bipède assis dans le bus à côté de nous, lequel bipède est peut-être le futur Stephen Hawking ou juste le meilleur lui-même.

Apprendre aux enfants non pas la compétition stérile ni la tare d'être le numéro deux mais le goût de l'effort, la joie d'entreprendre, le bonheur d'apprendre.

Je vais essayer cela.

Une bonne année 2014 à vous toutes et tous.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog