Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2014-07-29T17:57:20+02:00

Enfants, adolescents, d'abord .. Palestiniens, israëliens aussi

Publié par

Ce conflit résonne sur tous les médias, sur les réseaux sociaux. Chacun se sent légitime de donner son point de vue, d'argumenter avec force témoignages à l'appui de sa vérité, et de ce fait d'accuser l'autre. Ces attaques vont bien au-delà de l'argumentation et du débat d'idées pour souhaiter la mort des uns et des autres.

La gravité de la situation et les morts donne l'envie à beaucoup d'éliminer virtuellement les responsables. Sans l'excuser, on ne peut que constater que la virulence des propos sur le net et dans le monde réel s'alimente d'un brasier alimenté par les deux camps. Le poids de la presse pour rétablir la vérité des deux côtés est très faible. Accusée au mieux de parti pris et de désinformation, elle se fait peu entendre.

Je pense surtout aux victimes et aux enfants et suis persuadée, comme dans la chanson "Russians" de Sting ou celui-ci espérait à l'époque de la guerre froide que les Russes aimaient aussi leurs enfants, que l'on soit palestinien ou israélien, et non juif et musulman car ce conflit est circonscrit à un territoire, qu'un parent, qu'il fête Kippour ou l'Aid, aime ses enfants.

Je crois en la volonté des gouvernements à attiser la haine lorsque cela les arrange et pour maintenir la population dans le tunnel étroit d'un pensée simple, à corrompre les médias et à des tas d'autres choses inavouables, pour au nom du bien de leur peuple, leur infliger des choses terribles. Je crois aussi aux extrémismes qui ont tout intérêt à ne pas laisser la parole modérée trouver un écho favorable.

Je ne crois pas, et je sais qu'il y a de tragiques exceptions, que la majorité des parents qui a mis au monde un enfant, l'a soigné, cajolé, emmené à l'école, veuille qu'un autre enfant, portrait du leur dans une autre famille, si il voyait cet enfant devant eux, lui souhaiterait tout le malheur du monde, et dans le cas présent vivre sous les bombes, la peur, dans l'attente du pire.

Voir les commentaires

2014-07-25T17:45:19+02:00

Gobseck

Publié par

Bonsoir

Voici une autre lecture. Je ne présente plus Balzac, je vous présente donc "Gobseck". Il s'agit d'une nouvelle publiée en 1830 et faisant partie de La Comédie Humaine, que j'ai choisi de lire, en intercalant d'autres lectures, dans l'ordre de l'édition Furne.

Gobseck nous peint donc la vie d'un usurier : Jean-Esther Van Gobseck. Le roman débute par le récit de Derville, un avoué, qui prend la défense des amours de Camille de Grandlieu, chez la mère de laquelle il passe la soirée, et d'Ernest de Restaud.

Ce faisant il nous narre les us et coutumes d'un profession, l'usurier, de ses rapports avec ses clients à sa connaissance par lettres de créance interposées de toute la vie parisienne.

Une chronique comme son auteur sait s'y bien les dépeindre.

Voir les commentaires

2014-07-25T10:12:25+02:00

Les Croisés Du Cosmos

Publié par

Bonjour

Je reviens un peu moins souvent pour cause de villégiature. Je viens vous livrer deux articles sur mes lectures.

Le premier est "Les croisés du Cosmos" de Poul Anderson publié en 1960.

Il raconte comment des habitants de l'Angleterre, en l'an 1300 et quelques années, sont visités par un vaisseau extraterrestre. Après avoir abattu tout le monde à bord, les Anglais veulent utiliser leur technologie pour attaquer la France.

Le seul Wergsor, nom de la peuplade alien, rescapé, les guide vers sa planète au lieu de franchir la Manche comme promis. Il les trahit par vengeance.

S'ensuivent des combats qui vont voir les Anglais cacher leur défaut de technologie tout en massacrant le peuple Wergsor et libérant les autres planètes placées sous leur joug.

C'est une lecture sympathique qui, cependant ne m'a pas laissé un grand souvenir. Il s'agit d'un petit livre qui souffre des avancées scientifiques effectuées depuis la publication.

Je vous écrit la chronique suivante pour ce soir.

Les Croisés Du Cosmos

Voir les commentaires

2014-07-09T17:47:54+02:00

La vérité sur l'Affaire Harry Quebert

Publié par

Bonjour

Je viens vous parler de ma dernière lecture, "La vérité sur l'Affaire Harry Quebert" de Joël Dicker, jeune écrivain suisse. Le prix était en lice pour le prix Goncourt. Il recevra le Goncourt des Lycéens et le Grand prix du roman de l'Académie française en 2012.

Le roman est l'enquête de Marcus Goldman, écrivain, en panne d'inspiration pour son deuxième roman Face à la page blanche, il ne sait plus que faire, aux abois et harcelé par son éditeur.

Marcus Goldman décide donc, après l'avoir longtemps négligé, de retourner voir son mentor, l'écrivain Harry Quebert, auteur lui-même d'un succès en 1975 "Les origines du mal", dans sa maison du New Hampshire.

Nous sommes en 2008 et peu après son retour à New York, le corps d'une jeune fille décédée à l'été 1975, Nola Kellergan, est retrouvé dans la maison de Harry Quebert. Dès l'arrestation de ce dernier, et malgré les invectives de son éditeur, Goldman décide de retourner voir son ami et de le défendre.

Une enquête commence alors au cours de laquelle les révélations s'enchaînent, la vie paisible de la petite ville des années soixante-dix se met à vivre sous nos yeux en perdant tous ses clichés et s'ouvrant sur le côté sombre de ses habitants.

Tour à tour, chaque personnage nous montre sa vision de cet été 1975 de l'amour de Nola et Harry, de ses amies à la police locale.

Les chapitres du livre vont à rebours et se termine par le chapitre un intitulé "La vérité sur l'Affaire Harry Quebert".

J'ai beaucoup apprécié le livre. Il s'agit autant d'un livre policier que d'une histoire d'amitié mise à mal. Il n'y a pas de violence, verbale ou physique, mais une jolie description d'individus jusqu'au dénouement de la rencontre des ces destins singuliers au cours de l'été 1975. Nola Kellergan a été tuée et on voit se dérouler l'engrenage des faits qui y a mené.

Une bonne lecture à vous

La vérité sur l'Affaire Harry Quebert

Voir les commentaires

2014-07-09T11:54:54+02:00

Jersey Boys

Publié par

Je Suis allé voir "Jersey Boys" réalisé par Clint Eastwood. Le film est inspiré de la carrière du groupe "The Four seasons", un groupe des années 60. Leur histoire fait aussi l'objet d'une comédie musicale à succès.

Les acteurs principaux sont John Lloyd Young dans le rôle de Franck Valli, Vincent Piazza dans le rôle de Tommy deVito, Erich Bergen dans le rôle de Bob Gaudio et enfin Michael Lomenda dans celui de Nicki Massi. A noter aussi la prestation importante de Christopher Walken.

Le film nous narre donc l'avènement de quatre jeunes voyous du New Jersey et de leur formation musicale des années cinquante jusqu'à la scène finale de leur reconnaissance et de leur reformation au Hall of Fame dans les années 90.

Malgré mon intérêt régulier pour les films du grand Eastwood, je dois bien m'avouer déçue par ce film long et sans grand intérêt. Sans doute d'autant plus que ce n'est pas ma culture et que je ne connaissais ni le groupe ni la comédie musicale.

Le film est long, avec quelques morceaux musicaux. Même les moments où le groupe est censé nous présenter un tube, ces moments où tout le monde doit pouvoir se rendre compte qu'on assiste à quelque chose de différent, je n'ai pas vu la différence entre leurs morceaux et tout ce que l'on a entendu jusqu'à présent.

De plus, le réalisateur a pris le parti de faire s'adresser les acteurs directement à la caméra et aux spectateurs en quelques occasions. On n'en voit pas l'intérêt et ce qu'ils disent n'éclairent guère plus ce que l'on voit.

Je suis donc déçue de voir un film ennuyeux et encore plus un Clint Eastwood.

Jersey Boys

Voir les commentaires

2014-07-07T17:30:09+02:00

Le Féminisme : encore un gros mot ?

Publié par

Le Féminisme.

Prenons tout d'abord la définition du Larousse : Mouvement militant pour l'amélioration et l'extension du rôle et des droits des femmes dans la société.

J'avais envie de parler de cela parce que j'ai l'impression que ce mot est toujours une insulte ou pour le moins envoyé à la tête des femmes comme une raillerie pour éviter toute discussion.

Il n'est plus besoins de discuter de notre vision du monde, de notre ressenti car les femmes qui le font un tant soient peu sont féministes. Elles traînent derrière elles tous les clichés de cette époque, pas si lointaine et dans la même galaxie, où, courageusement, les femmes ont su dire qu'elles étaient là. Elles ne désiraient plus exister par rapport à leur père, à leur mari, à leurs enfants mais pour elles-mêmes.

Nous leur devons beaucoup, et pas simplement le droit d'oublier sa pilule un soir de beuverie sans penser au déshonneur et aux faiseuses d'anges.

Malgré cela, celles qui continuent ce combat sont vues comme des hommasses, incapables de trouver un mec et qui puiseraient dans cette désaffection affective et sexuelle l'énergie de leur revanche sur l'autre moitié dirigeante de l'humanité.

Pourtant les combats à mener sont toujours là et trop nombreux pour que je puisse tous les énumérer, qui vont de l'inégalité salariale à une vie sociale sexuée dès le plus jeune âge, du harcèlement aux femmes battues.

Alors oui, nous avons besoin de ces femmes qui ont plus de courage et de pugnacité que beaucoup d'hommes dont le pouvoir a été beaucoup plus accessible, quand il n'a pas été héréditaire, et qui parfois nous représentent.

Je crois parfaitement qu'un élu homme peut porter les idées de justice et d'égalité. Nonobstant, un peu plus de dames dans les hémicycles, assemblées et autres commissions ne peut qu'apporter des voix différentes, puisqu'impliquées plus directement.

Les femmes n'ont pas toutes comme désir d'enseigner ou d'être infirmière, je dis cela sans irrespect car je compte ces professionnels parmi les dévouées et essentielles. Elles doivent surtout avoir dans leur représentation d'autres professions, d'autres vies afin que, toutes les cartes en main, elles puissent librement choisir d'être marin, scientifique ou mère auprès de leurs enfants.

Je dis à mes enfants que le rose n'est pas une couleur de fille et que les garçons n'aiment pas tous jouer au football. Je leur pose la question de savoir d'où viennent les clichés bien vieux à la maison rapportés à la maison. Mon fils a d'ailleurs demandé à aller voir la diffusion du match de l'équipe de France contre le Nigéria projeté par la mairie sans qu'au final je le sente transporté. Il aurait mieux apprécié de voir un bon film d'animation projeté d'aussi grande façon.

Pour conclure, on a le droit d'aimer des choses différentes et rien n'est déterminé. Tes goûts sont aussi respectables que les autres. Tu es ce que tu veux être et tu dois t'en donner les moyens.

Femmes je vous aime, les hommes aussi.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog